actions sociales/antipub/interview/rencontre

R.A.P : l’asso antipub

En route pour le rassemblement Nuit Debout parisien ce mercredi 1er juin 2016, Khaled Gaiji, président de l’association Résistance à l’agression publicitaire (RAP), a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

Comment est née Résistance à l’agression publicitaire ?

L’association est née en 1992 suite à un appel passé dans le Publiphobe, publication fondée par Yvan Gradis « pour dénoncer la publicité, péril écologique et culturel, ennemie de la liberté ».  Au-delà de l’activiste Yvan Gradis, on compte parmi ses membres fondateurs le philosophe non violent René Macaire et l’écrivain sémiologue François Brune (auquel on doit le fameux essai sur la normalisation publicitaire, Le Bonheur conforme).

LA PUBLICITÉ AGRESSE. Elle nous obsède et harcèle, nous matraque et mitraille, nous viole et vampirise, et nous retient dans un embouteillage mental. [Extrait du n°1 du Publiphobe – Yvan Gradis, 1er janvier 1990.]

Quels sont les objectifs de RAP aujourd’hui ?

Les objectifs n’ont pas changé. L’association lutte contre les effets négatifs de la publicité sur les citoyens et sur l’environnement. Elle défend notamment le principe de « liberté de réception » : chacun doit être libre de recevoir ou de ne pas recevoir un message publicitaire. La seule publicité acceptable est celle que l’on consulte librement et en pleine conscience.

Ses activités se divisent en trois grands types :

  • La sensibilisation: auprès des usagers du web par exemple, pour alerter sur la récupération et l’utilisation des données personnelles à des fins publicitaires ou marketing. Le collectif sensibilise également les publics aux questions liées à l’environnement et au gâchis publicitaires (gaspillage d’énergie électrique, de prospectus…).
  • Le plaidoyer: auprès des décideurs politiques pour réguler la publicité. RAP propose régulièrement des amendements à la loi sur la consommation. L’association souhaite notamment limiter l’apport de la publicité dans les médias qui crée des dépendances économiques et exerce ainsi une pression sur leurs lignes éditoriales.
  • Les campagnes: occasion pour l’association de proposer des actions et des solutions concrètes. Dernière en date, le site « Surfez couvert » qui permet de proposer aux internautes des bloqueurs de publicité d’une part (comme AdBlock) et de partager services et réseaux sociaux alternatifs d’autre part (ceux qui ne font pas d’argent avec nos données personnelles). Quelques exemples : Framasphère (vs Facebook),  Covoiturage-libre.fr (vs Blablacar), BeWelcome (vs Couchsurfing.com). Le site est accessible ci-dessous :

page_accueil

De manière générale, les actions de terrain réalisées dans le cadre de l’association sont des actions de recouvrement de publicités sur panneaux illégaux.

L’association attaque autant la forme que le contenu utilisés dans la publicité : bien souvent genrée voire sexiste ou discriminante,  celle-ci alimente le système idéologique dominant – un système patriarcal et capitaliste.

Vous êtes donc globalement dans une démarche de contestation. Mais vous arrive-t-il également de valoriser des initiatives positives ? Une enseigne française a notamment sorti un catalogue de jouets unisexe l’hiver dernier. Avez-vous pensé par exemple à mettre en place un système de label « pub non genrée » ou « pub éthique », à l’instar de ce qui se fait pour le commerce lorsque les produits mis sur le marché sont dits « équitables » ?

Nous avons déjà initié une réflexion autour de ces questions (qu’est-ce qu’une publicité acceptable…?) et projetons de mettre en place un dispositif similaire. Je sais que certaines organisations antisexistes et féministes valorisent ce type de publicités moins genrées en leur attribuant des labels. C’est une bonne chose sur ce thème-là, mais ce n’est pas aussi simple : par exemple, une publicité féministe pour un 4×4 n’en est pas moins une publicité climaticide.

 Quels sont les projets en cours ?

Nous travaillons sur la mise en place d’un module pédagogique pour expliquer les mécanismes et les dangers du système publicitaire. Celui-ci sera principalement destiné aux écoles, parents et publics jeunes. Une personne vient d’être recrutée pour travailler sur cette plateforme éducative.

Comme chaque année, nous mettons également en place la campagne « Rentrée sans marques ». La lutte contre la publicité à l’école et orientée vers les enfants est d’ailleurs l’une de nos préoccupations principales. Générant des frustrations, elle peut être à l’origine d’une véritable violence sociale dans le milieu scolaire. Nous souhaitons ainsi interdire la publicité ciblée sur les enfants et les jeunes qui n’ont pas la capacité critique nécessaire pour se rendre compte des dangers et de la portée idéologique de la publicité.

Quelles sont vos sources de financement ?

A l’exception des projets pédagogiques parfois financés par des pouvoirs publics, l’association ne reçoit pas de subventions. Elle vit essentiellement des dons de ses adhérents. Nous souhaitons ainsi conserver toute notre indépendance.

Et enfin, quel est votre parcours ?

Je suis arrivé dans le milieu par la voie de l’écologie et de l’altermondialisme. C’est en participant en 2005 à la Marche pour la Décroissance que j’ai rencontré des activistes anti-pubs. L’association « Les Casseurs de pub » était l’un des partenaires organisateurs de l’initiative.

Propos recueillis par Marion.


Pour en savoir plus :

http://antipub.org

Pour consulter les numéros du Publiphobe :

http://bap.propagande.org/modules.php?name=Publiphobe

Publicités

Une réflexion sur “R.A.P : l’asso antipub

  1. Pingback: Nettoyer la marée noire sur la matière grise* | Journalter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s