3 questions à/alimentation/interview/lutte contre le gaspillage/recyclage/médias alternatifs/rencontre/santé & environnement

Stéphie Green, blogueuse éco-responsable : « Notre pouvoir, c’est notre porte-monnaie »

Comment est né ton projet ?

« Il y a quatre ans, j’ai changé de mode de vie. J’ai pris conscience de l’impact de notre mode de consommation sur la planète. J’ai beaucoup lu. Je suis aussi allée à de nombreuses conférences (scientifiques, et dites de « développement personnel ») et j’ai même assisté à certains meetings politiques pour comprendre à quel point l’écologie doit (devrait ?! ) prendre une part plus importante dans nos gouvernements ! Ensuite j’ai commencé à expérimenter différents courants de pensée ou modes de vie comme le « minimalisme », le « zéro déchet », les « Do It Yourself »… J’ai tâtonné pendant quelques temps avant de trouver mon équilibre. Puis, j’ai eu un déclic. J’ai toujours aimé écrire. Mon plus grand rêve serait d’ailleurs d’être journaliste, pour dénoncer les injustices de ce monde. Cette idée peut paraître utopique ou un peu niaise, mais je suis persuadée qu’avec l’écriture, on peut soulever des montagnes, éveiller les consciences. C’est en tout cas ce qui m’a donné l’envie de me lancer : oser créer un blog autour de la Green Life. A travers mes articles, je parle de mon expérience : « zéro déchet », consommation responsable, éthique. On parle aussi beauté, car il faut savoir que tous les produits cosmétiques que nous utilisons au quotidien ont un impact sur notre santé et sur notre planète. Ce blog repose également sur une ambition particulière, une envie de « faire ma part »,  de semer des graines à travers des articles parfois légers, parfois plus engagés, afin de mettre en lumière les alternatives  permettant  de devenir un consommateur engagé, un consom’acteur. Sur mon blog, j’ai une rubrique qui me tient particulièrement à cœur : la rubrique « Interviews ». Régulièrement, je pars à la rencontre des acteurs du changement : artisans locaux, acteurs du bien-être, savonnier(e)s… J’accorde  également une grande importance à la mode éthique. Mais loin de moi l’idée de faire des looks-books !  L’industrie textile est très polluante et a des conséquences sur l’homme et l’environnement. Je trouve que sensibiliser sur cette thématique est capital. Ainsi, depuis 2015, le blog Stephie Green a rejoint la Toile. C’est l’aboutissement d’une démarche personnelle que je souhaite partager et diffuser à toutes les personnes qui s’intéressent de près ou de loin à une consommation plus « Green« ».

20181118_160015.jpg

Stéphie Green | Crédits photo : Mathias Chauvy

Quels sont tes objectifs à l’heure actuelle ?

« A vrai dire, j’ai surtout un objectif : continuer à faire vivre mon blog et à « semer des graines » pour un monde plus respectueux de la planète. Mon leitmotiv est de montrer que notre pouvoir, c’est notre porte-monnaie. Souvent, je partage cette phrase : « Acheter, c’est voter ». Notre véritable force réside au quotidien, à travers nos achats ou non-achats. Mais à partir de janvier, je me lance officiellement dans la cour des grands : je vais créer mon entreprise afin de pouvoir développer mon engagement. Je vois d’ailleurs déjà ce que je réalise au quotidien pour le blog comme un véritable travail de rédactrice web. Chaque article me demande des dizaines d’heures de travail, de recherches, de corrections. Je tiens à dire que Journalter a la primeur de cette information. Je vais donc poursuivre cet engagement de manière plus « professionnelle » et cadrée ! Dans cette perspective, je vais également mettre en place des ateliers-conférences autour du « zéro déchet » et de la « consommation en conscience ». Souvent, celles qui me demandent des conseils pratiques ne savent pas par où commencer pour changer leurs habitudes. Je dis « celles », car la majorité des personnes qui me lisent sont des femmes. Et pour une fois, je n’ai pas envie de suivre la règle de grammaire bien connue qui dit que le masculin l’emporte sur le féminin…  Si je me laisse aller à la rêverie, j’imagine pouvoir vivre en tant que « rédactrice Green » : créer des articles, faire des interviews, réaliser des ateliers, organiser des conférences dans des écoles, dans des entreprises.  Bref, pouvoir faire de ma passion un travail à plein-temps. Exercer un métier qui a du sens est pour moi indispensable. Dans cette optique, je vais également sortir de ma « zone de confort » et créer ma chaîne YouTube. Je ne parlerai pas de produits, mais plutôt d’astuces, et donnerai des conseils pour consommer responsable.  J’y vois également l’occasion de réaliser des reportages dans un format court et dynamique auprès de marques éthiques et engagées.

Finalement, il y a plusieurs objectifs ! Mais l’idée est de garder en tête ma ligne éditoriale, les raisons qui m’ont poussée et qui me poussent aujourd’hui à consacrer tout ce temps à la rédaction de ce contenu : « nous sommes le changement » ».

Quelles sont les actions que tu mènes concrètement au quotidien pour une consommation plus responsable ?

« Au quotidien, l’une des principales actions que je mène est le combat « zéro déchet ». Je n’emploie pas ce terme « combat » à la légère, car, pour réduire ses déchets de nos jours, c’est toute une organisation. Mais le tout est de savoir par où commencer : les sacs à vrac en tissu m’aident grandement. J’en ai toujours avec moi, car l’un des pièges à éviter est d’arriver dans son magasin sans… Je milite également pour bannir le plastique de nos intérieurs. C’est une vraie catastrophe écologique et sanitaire ! C’est pour cela que je souhaite (entre autres) mettre en place mes ateliers. L’autre point qui me semble important, c’est de choisir où faire ses courses. Je privilégie des boutiques bio pour certains produits : riz, pâtes, sauces, oléagineux…. Pour les fruits et légumes, je passe par le réseau de communautés d’achat direct aux producteurs « La Ruche qui dit Oui ». Soutenir les petits producteurs me tient particulièrement à cœur. Il me paraît en effet essentiel de favoriser l’artisanat et les productions locales. Pourquoi acheter des tomates qui viennent d’Espagne ou d’Italie alors que nous les produisons en France ? Dans cet esprit, je consomme de saison. Cela limite aussi grandement la culture sous serre et bourrée de pesticides ou d’autres produits toxiques… Pour une consommation responsable et en conscience, je suis également devenue végétarienne. Ne plus consommer de chair animale est devenu pour moi une évidence. Même en bio, je ne souhaite pas contribuer à l’industrie de la « viande ». Actuellement, je pense même à passer au végétalisme, en excluant de mon alimentation tout aliment d’origine animale. Je compte d’ailleurs écrire bientôt un article à ce sujet. Concernant ma consommation en cosmétiques, elle repose sur le naturel. Il y a maintenant un large choix de marques naturelles, certaines labellisées bio, qui nous permettent de nous faire plaisir sans détruire la planète. Le plus dur à mettre en place est l’achat éthique pour les vêtements, car il faut l’avouer, certaines marques ne sont pas à la portée de toutes les bourses. Alors, en attendant, j’aime bien acheter en seconde main.

A m’entendre, on pourrait croire que je suis parfaite. Loin de là ! Parfois, je vais dans des chaines de grande distribution parce que je finis tard le boulot et que ma boutique bio est fermée. Mais quand je vais dans des chaînes peu scrupuleuses, je trouve toujours des alternatives pour consommer en respectant mes valeurs. Ce qu’il faut surtout garder en tête, c’est qu’il est important que chacun fasse des pas, à son échelle. Chaque geste, petit ou grand, compte. Chacun peut ainsi participer au changement ! Cela me rappelle d’ailleurs cette phrase de Coluche que j’aime beaucoup :

Quand on pense qu’il suffirait que les gens ne les achètent plus pour que ça se vende pas !

Je crois que cette citation illustre bien la consommation responsable.

Pour terminer, je voulais parler de l’action « On est prêt ». Il s’agit d’un mouvement mis en place par une soixantaine de créateurs de contenus pour une action collective, au quotidien. Ces personnes seront actives sur les réseaux sociaux pour diffuser des actions à mettre en place chaque jour afin d’œuvrer pour le changement. J’y participerai en tant que citoyenne. Chaque jour, j’essaierai de réaliser une des astuces partagée. Par exemple, la première astuce est de trier ses mails pour diminuer notre pollution numérique. 

Je pourrais parler de tout cela pendant des heures alors je vais m’arrêter là ! Merci à Journalter de m’avoir laissé l‘opportunité de m’exprimer sur cette plateforme engagée. A bientôt !»

Journalter remercie également Stéphie Green de ce témoignage riche et inspirant !


Pour en savoir plus :

Le blog de Stephie Green

Sa page Facebook  | Son compte Twitter | Son profil Instagram

Crédits photo : Mathias Chauvy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s