actions sociales/Gilets jaunes

Gilets jaunes et convergence des luttes

En mars 2016, donnant suite à une série de manifestations contre la fameuse « Loi Travail » portée par Myriam El Khomri sous le gouvernement Manuel Valls, naissait le mouvement Nuit Debout. Nous avions d’ailleurs interviewé à ce sujet le média « officiel » des militants, Gazette Debout.

Aujourd’hui, et grâce au mouvement citoyen des Gilets jaunes que les Nuit-Deboutistes  ont officiellement rejoint la semaine dernière la convergence des luttes – le fer de lance de Nuit Debout –  semble finalement et devrait-on dire « enfin », se réaliser.

45980720302_4692f10290_k.jpg 

Tristan Goldbronn, journaliste et co-fondateur de Radio Parleur (média indépendant qui propose à ses auditeurs de suivre l’actualité des luttes), présent sur le terrain, nous le confirmait la semaine dernière avec ces mots :

« Les rassemblements des deux derniers samedis ont regroupé Gilets Jaunes, cheminots, militants antifa, le collectif « La vérité pour Adama »  et des anciens de Nuit Debout. « 

À ce sujet, il ajoutait :

« Nuit Debout n’avait pas réussi à s’ouvrir au-delà de ses militants. C’est ce que beaucoup lui avaient reproché à l’époque. Les Gilets Jaunes semblent pouvoir offrir cette possibilité d’agréger pas mal de luttes et de mondes militants différents. »

Le point commun de ces luttes, au-delà des revendications des différents mouvements, est bien évidemment une contestation globale des systèmes politiques et économiques actuels et l’une des propositions discutée et débattue au sein de ces groupes actuellement est l’instauration d’une véritable démocratie citoyenne, dont l’outil phare serait le Référendum d’initiative citoyenne ou le « Référendum populaire », comme il apparaît dans la liste des revendications des Gilets jaunes : « Le Référendum populaire doit entrer dans la Constitution. » Ce Référendum permettrait aux Français de pouvoir créer ou modifier la loi. La proposition devrait recueillir 700 000 signatures pour être étudiée, c’est-à-dire « discutée, complétée puis amendée par l’Assemblée nationale » laquelle aurait ensuite l’obligation de la soumettre au vote des Français. Cette revendication n’a d’ailleurs pas été évoquée par Emmanuel Macron dans son allocution prononcée ce lundi.

Parmi les revendications des Gilets jaunes, on trouve également des principes aussi clairs et nets que :

« Que les gros payent gros et que les petits payent petit ».

Bref, tordre le cou aux injustices fiscales et sociales, injustices que les militants de Nuit Debout dénonçaient également il y a deux ans – en se tenant « debout face au pouvoir de l’argent et de la finance ».

Plusieurs médias relaient l’ensemble de ces revendications, reflets de véritables préoccupations sociales, mais aussi écologiques, au-delà de la question de la taxe sur les carburants. Vous pouvez notamment les retrouver sur le blog de Médiapart, ici. On notera, pour finir, que la première demande « Zéro SDF » est présentée comme une urgence. Cette revendication n’est pas sans rappeler les propos tenus (et la promesse non tenue) par Emmanuel Macron, quelques semaines après son élection : « Je ne veux plus, d’ici la fin de l’année, avoir des femmes et des hommes dans les rues. »

giletsjaunes


crédits photo : Night Flight to Venus cc by-nc-nd

Une émission de France culture (3/12) sur la question de la convergence des luttes : « Gilets jaunes, Nuit Debout, Vérité pour Adama : mêmes combats ? »

La liste des 42 revendications des Gilets jaunes sur le blog de Médiapart.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s