actions sociales/éducation populaire/interview/lutte contre le gaspillage/recyclage/santé & environnement

Vers le Zéro Déchet à Albi ?

L’excès des déchets ménagers dans notre société est devenu une question cruciale et urgente, notamment vis-à-vis de la pollution plastique. L’exemple le plus frappant de cette décennie est le désormais célèbre « 7e continent », dans l’océan pacifique, formé de tourbillons de déchets plastiques issus de notre consommation. Si la filière du recyclage entraîne des avancées certaines dans le traitement de ces déchets, elle est loin d’être suffisante pour contrer l’impact négatif qu’ils peuvent avoir sur la planète. Par ailleurs, de plus en plus de produits de consommation courante sont fabriqués à partir de matières composites, ce qui complexifie encore le processus de recyclage.  Ce sont donc seulement nos pratiques de production et de consommation qui, à travers l’arrêt du gaspillage, l’écoconception, et une démarche de réduction globale à la source, peuvent encore faire avancer le processus. C’est en tout cas le postulat de l’ONG Zero Waste France. Nous avons rencontré Mathieu de l’antenne d’Albi.


Comment et pourquoi avoir lancé l’initiative Zéro Déchet à Albi ?

« C’était en décembre 2016, nous étions six. C’est Alice Dardelet qui a initié le mouvement. Depuis, elle est partie vers Narbonne et a lancé un autre groupe. Pourquoi ? Le constat du trop de déchets, suite à la visite du site d’enfouissement et de valorisation des déchets de Trifyl qui débordait, et du gaspillage plastique et alimentaire qui avait lieu partout, tout le temps, en continu. »


Quelles sont les actions de ce collectif ?


« Nous avons mis en place plusieurs actions. Récemment, nous avons initié la réalisation du premier composteur collectif Albigeois, dans le quartier du Castelviel. Si cela fonctionne, un déploiement de ce type d’équipement sera organisé dans tous les quartiers de la ville. Nous avons aussi mis en œuvre une « Opération commerçant », avec une distribution de stickers invitant les consommateurs à amener leur contenant quand ils vont faire leurs courses. Par ailleurs, nous organisons régulièrement des ateliers, et sommes présents sur les marchés pour faire de la sensibilisation. Quoi qu’il en soit, étant un collectif citoyen, chacun peut proposer une action et être suivi ou non. C’est un groupe libre. »


Pouvez-vous nous en dire plus sur les ateliers? A qui s’adressent-ils? Faites-vous appel à des professionnels, ou devez-vous vous former vous-même ?


« Nous sommes un collectif citoyen et non une association. Ce qui fait que nous n’avons pas d’adhérent et que chacun peut contribuer librement à l’initiative Zéro Déchet, selon ses envies et ses disponibilités. Les gens qui ont un savoir-faire sont libres de proposer des ateliers pour faire tel ou tel cosmétique, produit ménager, etc. Nos ateliers s’adressent à tous les albigeois et sont totalement bénévoles : l’initiateur ne demande en général que le paiement des matières premières, lorsqu’il fait les courses pour les autres. Chacun peut proposer son atelier, chez lui ou dans une salle que l’on réserve, ou bien encore faire savoir qu’il serait intéressé par tel ou tel atelier. »

zero-dechet.jpg


Et vous ? Quel est votre rôle au sein du collectif ?


« Je fais partie du « noyau dur », en charge de la communication (tenue du facebook, des mails et du site internet), et je porte également certains projets avec d’autres membres, comme notre participation aux événements de la Fête de la Transition Citoyenne organisée par « Albi en Transition », notre participation aux festivals « Buffa Venta » et « Playing For Change » en 2018. Autre exemple, j’ai récemment initié une demande auprès de la ville pour l’installation de plaques ou tags « Ici commence le Tarn » sur les avaloirs pluviaux d’Albi. »


Connaissez-vous la politique de la ville en matière de gestion des déchets ? Etes-vous en contact avec des élus sur la question ?


« Oui, nous sommes en contact avec les collectivités locales. La ville d’Albi simplement parce qu’elle nous autorise à intervenir sur les marchés de la ville pour tenir des stands. Et beaucoup plus la Communauté d’agglomération d’Albi (gestionnaire des déchets) : en premier lieu nous l’avions démarchée pour mettre en place le premier composteur collectif de la ville au Castelviel, suite à une sollicitation que nous avions nous-mêmes reçue de la part des habitants de ce quartier. Néanmoins, et malgré notre volonté de conduire jusqu’au bout la réalisation de ce projet, les autorités locales ont confié sa mise en oeuvre au prestataire Les mains sur terre.

La Communauté d’agglomération (C2A) nous a par ailleurs intégrés à sa réflexion sur l’économie circulaire d’Albi, durant laquelle nous avons participé à des groupes de travail.  Dernièrement, sur la Foire de la Récup’ qui s’est déroulée à Albi cette année, la C2A nous a sollicités pour apporter notre pierre à l’édifice. »


Êtes-vous en lien avec d’autres associations ou organismes en rapport avec la gestion des déchets et/ou la protection de l’environnement ?


« Nous sommes un groupe local de Zéro Waste France, et un collectif citoyen (et non une association) membre du collectif citoyen Albi en Transition qui, par le biais de son association support ACTIF, nous permet de réserver des salles, de nous organiser en tant que collectif, et de mener nos actions en nous appuyant sur l’assurance et le compte bancaire de l’association. Effectivement, Albi en Transition par le biais de son association support ACTIF a pour but de fédérer et de faire connaître toutes les initiatives locales de la Transition écologique, environnementale, énergétique, économique, sociale, éducative, alimentaire, etc.. touchant ainsi tous les sujets de la vie. C’est en cela que cette association est complète. Nous ne sommes que le volet « déchet » de cette « nébuleuse ». »


Quels sont vos projets pour l’année à venir ?


« Nous souhaitons développer « l’Opération commerçant », recruter des citoyens actifs dans le noyau dur, mettre en place une Plastic Attack, développer plus d’ateliers, et faire une campagne pochoir autour des avaloirs pluviaux pour marquer « Ici commence la rivière Tarn ». On en parle d’ailleurs sur la plate forme consultative de la ville. »

Merci à Mathieu de Zéro Déchet Albi d’avoir accepté de répondre à nos questions.


Pour en savoir plus :

La page Facebook de Zéro Déchet Albi

Leur site internet

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s