rencontre

Sisterz, le nouveau webzine féministe: « Une pour toutes, toutes pour une ! »

 

Docteure en cultural studies et conceptrice rédactrice, Emilie a fondé, il y a quelques mois, le magazine en ligne Sisterz. « Ce webzine me tenait particulièrement à cœur et il poursuit deux objectifs, nous explique-t-elle. Premièrement, il vise à interpeller les femmes sur l’absence de solidarité féminine réelle dans notre société et la nécessité de créer des espaces de sororité. Il tend ainsi à nous interroger sur ce que nous, femmes, pouvons faire, individuellement et ensemble pour changer les  représentations négatives associées à notre sexe, ces représentations que nous avons intégrées et qui nous poussent malheureusement souvent à nous dévaloriser et à dévaloriser les autres femmes. Deuxièmement, il a une vocation pédagogique et explore le sexisme persistant dont toute femme a pu faire l’expérience ou constater. »

IMG_4119.jpg

Un projet bénévole et féministe

À travers ce média bénévole, Emilie souhaite permettre aux femmes, notamment aux plus jeunes, de poser des mots sur les limitations, les injonctions ou encore les violences dont elles peuvent être victimes au quotidien : « Ce sexisme est tellement ancré, tellement inhérent à notre modèle social et à notre système de pensée, qu’il n’est pas toujours facile à identifier et, a fortiori, à combattre »

Sisterz relève d’un projet profondément féministe, dont nous avons encore aujourd’hui, bien besoin. En effet le paysage médiatique actuel est loin d’être exempt de messages sexistes et caricaturaux visant les femmes. Emilie déplore en outre une « simplification quotidienne du féminisme qui ne lui rend pas justice » – le mouvement étant effectivement encore régulièrement présenté comme misandre ou contre les hommes. « De nombreux.ses théoricien.ne.s (sociologues, philosophes, historien.ne.s, anthropologues) ont mis aux jours au fil des dernières décennies les ressorts sociaux et symboliques des inégalités sexuelles » poursuit-elle. Le magazine entend ainsi traiter ses sujets à la lumière de ces apports.

Un magazine par les femmes, pour les femmes

Lorsque nous demandons à Emilie pourquoi avoir choisi de s’adresser exclusivement aux femmes, elle nous répond, simplement : « Parce qu’elles sont les premières victimes du sexisme et que rien ne changera si elles ne prennent pas conscience massivement du phénomène. » Puis ajoute : « Je m’adresse également à celles qui estiment qu’elles n’ont pas besoin du féminisme : les femmes sont parfois tellement habituées au sexisme qu’elles ne le voient pas – pourtant, comme la matrice invisible dans Matrix, il est partout. J’ai fait partie de ces femmes-là. On confond souvent la capacité individuelle à se défendre avec celle à faire sa place avec l’égalité. Or, notre système social défavorise largement les femmes en tant que groupe, c’est un fait. Le féminisme n’est pas une lutte égoïste pour des intérêts particuliers : c’est une mise au jour et une critique d’un système de valeurs qui pénalise les femmes dans les différents espaces de leur vie – au travail, dans l’espace public, dans le couple. Nous en avons besoin pour éliminer les obstacles spécifiques que rencontrent les femmes : les agressions sexuelles par des hommes, l’infériorisation de notre sexe, les mises en doute de nos compétences, l’auto- dévalorisation, l’hyper-sexualisation qui fait de nous des objets esthétiques ou sexuels en premier lieu avant que d’être des individus complets, etc. Nous en avons également besoin pour lutter contre une forme de masculinité toxique – le modèle « viril »- qui fait par ailleurs du mal aux hommes. »

Pour Emilie, il est grand temps que les femmes « se créent », selon leurs propres envies, selon leurs propres aspirations… et bien au-delà de ce que « féminité » veut dire encore à l’heure actuelle dans nos sociétés :

« La « féminité », au sens où tout le monde l’entend, est profondément modelée par le regard masculin, regard qui a été largement intégré par les femmes au détriment de leur vision particulière. Il serait temps de se demander quelles femmes nous voulons être et de créer nos propres standards ».

En ligne depuis décembre dernier, Sisterz n’en est encore qu’à ses débuts. Emilie espère, à court terme, créer un collectif autour du magazine, à la fois espace d’échanges et de travail pour les contributions du média.


Pour en savoir plus :

Le magazine en ligne :

logo sisterz

Sa page Facebook | son compte Twitter

Son compte INSTAGRAM

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s