actions sociales/interview

« Vivre à la rue mène à mourir prématurément. » Interview de Cécile Rocca du Collectif Les Morts de la rue.

Fondé en 2002, le collectif Les morts de la rue est né de la volonté de travailleurs de terrain, confrontés à la mort prématurée de personnes sans domicile. Même s’il est très difficile de quantifier précisément ces drames – signe certain de l’invisibilisation de ces personnes dans notre société – on estime que 566 personnes SDF sont décédées l’an dernier, en France. La moyenne d’âge était de 48 ans.

Retour sur notre entretien avec la coordinatrice du collectif, Cécile Rocca.

Pourquoi ce collectif ?

« En 2002, un certain nombre de travailleurs sociaux, présents sur le terrain et confrontés à la mort de personnes sans logis ont décidé de se réunir afin de mieux savoir ce que vivaient les autres associations : si les morts dont ils étaient témoins étaient des cas isolés ou bien si ces drames se rencontraient également régulièrement et sur l’ensemble du territoire. L’idée était donc de se mettre ensemble pour faire le constat de ce que tous rencontraient. »

Quels sont ses objectifs ?

« Le collectif s’articule autour de trois axes majeurs : faire savoir que vivre à la rue mène à mourir prématurément, assurer la dignité des funérailles, accompagner les proches en deuil.

Concernant nos actions plus particulièrement, nous menons chaque année une étude sur le parcours de vie de ces personnes – ce qui amène à la rue, ce qui amène à en mourir… – étude dont les résultats chiffrés sont donnés sous la forme d’un rapport qui paraît à l’automne. Le travail d’accompagnement des personnes en deuil s’effectue via l’organisation de groupes de prises de parole mais également par l’apport d’une aide concrète aux familles et à l’entourage vis-à-vis des différentes démarches liées aux décès. Nous avons également des actions de formation dans des associations pour aider les personnes à faire face à des décès dans leurs structures. Enfin, nous veillons à la dignité des funérailles ; nous avons notamment une convention avec la Ville de Paris pour accompagner les morts isolés. »

Coopérez-vous avec d’autres associations ?

« Oui, si nous sommes un collectif, nous sommes aussi une association à laquelle adhère à la fois des particuliers mais aussi d’autres associations. Nous comptons à ce jour une cinquantaine d’associations membres. Nous travaillons également avec des associations qui ne sont pas adhérentes ; il s’agit vraiment d’un travail de réseau permanent. Même si le réseau est davantage tissé à Paris où nous sommes situés, notre association est nationale et coopère avec des organisations locales sur tout le territoire. Nous sommes en contact permanent avec ces associations. Certaines font appel à nous pour les aider à faire face à des situations difficiles, administrativement, juridiquement, pratiquement. »

Interpellez-vous l’Etat sur ces situations ?

« Nous ne sommes pas un organisme politicien. Nous interpellons l’Etat comme nous interpellons tout le monde : les Mairies, les citoyens… Notre collectif dénonce une réalité. Sur la question des moyens – qui permettraient de changer cette réalité-là – , nous nous appuyons sur d’autres organisations qui sont plus compétentes dans ces domaines : des personnes qui travaillent sur le logement, la prévention des expulsions par exemple… Nous collaborons notamment avec le Collectif des Associations Unies lequel regroupe pratiquement l’ensemble des associations françaises liées aux questions de précarité, de logement, d’expulsions. Nous interpellons donc avec eux sur ces questions, nous les rejoignons sur ces combats-là. »

zerosdf.png

 

Mardi 2 avril prochain, un hommage sera rendu aux victimes de la rue, Jardin Villemin à Paris. Les noms des personnes mortes dans la rue (ou de ses conséquences) seront lus, il y aura quelques prises de parole: témoignages de proches, de personnes vivant dans la rue. L’occasion de se rassembler pour honorer ces personnes bien trop souvent oubliées.

 

 

 

 

 

 

 

Grand merci à Cécile Rocca de sa participation à Journalter.


Pour en savoir plus :

Le site internet du collectif

Leur page Facebook

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s